Un véritable plan de lutte contre l'insécurité routière et les incivilités

 

 

 

A cet égard, nous proposons :

  • La création d’une « brigade » de fonctionnaires sanctionnateurs à vélo, pour un maximum de réactivité sur le terrain : propreté, bruits de moto, contrôle du stationnement gênant (parking sauvage), harcèlement de rue et comportements sexistes, etc.

  • Le renforcement d’une police de proximité sur le terrain. Une police de proximité, c’est non seulement plus visible, mais aussi plus accessible, plus disponible au dialogue. Cela permet aussi plus de fermeté en matière de sécurité routière.

  • Il ne doit pas y avoir de tolérance pour les infractions qui mettent en danger les vies des cyclistes et piétons, la conduite dangereuse, les rodéos. La présence de policiers à vélo (brigade cycliste) doit permettre d’identifier les comportements inciviques ; de même l’installation permanente de radars préventifs et répressifs permettra d’informer et de contrôler le respect des limitations de vitesse.

  • Il ne suffit pas de fixer des règles en matière de mobilité (ex : 1030 en zone 30, généralisation des sens uniques accessibles aux vélos, priorité aux transports en communs…) et de promouvoir les alternatives au « tout à l’auto ». Si nous voulons partager notre espace public, il faut que chacun s’y sente en sécurité : et pour cela, le respect du code de la route est une nécessité absolue !

  • Cela passe aussi par un renforcement de la sécurité aux abords des écoles :

    • Poursuivre et amplifier les mesures de sécurisation des abords de toutes nos écoles (présence des gardiens de la paix, zone de « Kiss and ride », avancées de trottoir, …).

    • Mettre à disposition des brassards et chasubles pour que les écoles les distribuent aux enfants qui prennent part aux rangs piétons ou cyclistes.

    • Développement de rues scolaires, inaccessibles aux voitures pendant l’heure d’arrivée à l’école (les deux premières rues scolaires seront mises en place dès septembre 2018 : rue Verwée et rue Rogier).

  • Bien sûr, des actions de prévention pour promouvoir le respect dans l’espace public doivent être amplifiées :

    • Les éducateurs de terrain doivent devenir des « gardiens de la paix » en intervenant dans les petits conflits et relevant les désagréments liés aux mauvais comportements dans l’espace public.

    • Apprendre/Soutenir le savoir-vivre (le respect de l’autre dans toute sa dimension et pluralité) dans les écoles, les espaces publics, les clubs sportifs...

A propos

Bienvenue sur le site du cdH de Schaerbeek. Vous y trouverez toutes les informations utiles sur la section. N'hésitez pas à nous contacter en cas de question: info@cdh1030.be

Contactez-nous

Abonnez-vous à notre newsletter